Friday, Juillet 20, 2018
GOOGLE AD
Devenez un supporter.
Impliquez-vous, maintenant.

Nations Unies: «Nous disons désolé au peuple haïtien."

Samuel Maxime

Éditeur en chef

NEW YORK CITY, New York, États-Unis (sentinel.ht) - 6 ans, 1 mois, jours 17. décès 10,000 et 1 millions d'infections plus tard, l'Organisation des Nations Unies a officiellement présenté ses excuses pour l'épidémie de choléra causée par les casques bleus de l'ONU en Haïti.

Le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a prononcé le mea culpa, également en créole haïtien, au nom de l'organisation depuis son siège à New York jeudi. Il a également saisi l'occasion pour annoncer une nouvelle approche dans la lutte contre le choléra en Haïti.

Je suis Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies.

Aujourd'hui, je dis au peuple haïtien: Oné. RESPÈ (Honneur. Respect.)

Vous avez subi une grande punition pour le nombre de personnes qui ont perdu leur vie à cause du choléra, et le montant de la souffrance de la maladie provoquée en Haïti.

Au nom de l'Organisation des Nations Unies, je veux dire, clairement, nous demandons pardon au peuple haïtien.

Nous avons pas assez fait quand le choléra est apparu, et quand il se propage dans tout le pays.

Nous avons beaucoup de regret.

Je sais que le pardon ne guérit pas les blessures, mais je sais que toutes les Nations Unies tiendront fermement au côté des victimes, aux côtés du peuple haïtien jusqu'à ce que le choléra est vaincu.

Aujourd'hui, nous voulons lutter contre le choléra avec plus de force et de détermination, d'appuyer les efforts qui sont faits pour plus d'équipes de santé procurent un soulagement rapide. Pour tout le monde d'avoir accès à l'eau potable et la santé dans plus d'endroits dans le pays.

Et puis tout comme nous sommes en mesure de veiller à ce que les familles des victimes trouver une vie meilleure.

Merci beaucoup.

Devenir patron et obtenir Haïti Sentinel et défendre la marchandise Haïti.

A propos de l'auteur

Samuel Maxime est un citoyen d'origine haïtienne vivant aux États-Unis. Il a fondé La Haïti Sentinel pour amener les questions haïtiennes à un public de langue anglaise.

GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!