Mardi, Septembre 25, 2018
GOOGLE AD
Devenez un supporter.
Impliquez-vous, maintenant.

Procureurs Case Forward le blanchiment d'argent contre Jovenel Moïse

Samuel Maxime

Éditeur en chef

PORT-AU-PRINCE, Haïti (sentinel.ht) - Trois semaines avant Jovenel Moïse est de prendre le serment d'office pour devenir le président 58th d'Haïti et quelques jours après l'arrestation et l'extradition de l'allié politique sénateur élu Guy Philippe, le rapport anti-institution financière de crimes de nation contre le président élu pour suspicion de blanchiment d'argent a été transmis par le procureur en chef de Port-au-prince à la cour criminelle pour plus d'instruction.

La Financial Intelligence Unit centrale (UCREF) a produit un rapport à l'été 2016 trouver environ 5 millions $ [USD] avait passé à travers des comptes bancaires au nom de M. Moïse, mais par des sources et des transactions obscures. Le rapport a mené beaucoup à spéculer que puis-candidat Jovenel Moïse était engagé dans le blanchiment d'argent remontant à la fin des années 90s.

La semaine dernière, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince Jean Danton Léger dit à la presse que les allégations avaient un certain mérite et que l'affaire méritait une enquête plus poussée comme une affaire criminelle. M. Léger a zèle, avec la controverse, a cherché à porter des accusations de malversations financières contre les membres de l'ancien régime Martelly et le parti, haïtien Tet Kale Party (PHTK) depuis son entrée en fonction au printemps 2016.

«Il est possible que M. Jovenel Moïse a manipulé les fonds qui ont rien à voir avec ses entreprises ... J'ai reçu le rapport et a estimé qu'une enquête plus approfondie était nécessaire. Si je ne me trompe pas, le cas a été remis au juge Jean-Wilner Morin », a déclaré le procureur de district M. Leger, parlant à Le Nouvelliste lundi, Janvier 9, 2017.

Le commissaire du gouvernement a souligné que la justice aurait le bandeau sur les yeux dans l'affaire et dit l'accusation rejette les accusations de persécution politique. Le journal a rapporté que l'affaire était plus sur le rôle du juge Morin, mais placé dans le soin juge Breddy Fabien.

Les réponses de PHTK

La réponse de la Tet Kale Parti haïtien (PHTK) a été acide pour le rapport UCREF et l'évolution de l'affaire dans une affaire criminelle. Reynald Lubérice, conseiller politique PHTK et Jovenel Moïse dit: "il y a trop de vagabonds dans ce pays."

Et off the record, un autre proche du président élu, interrogé par Le Nouvelliste, a dit qu'il était à la banque de s'exprimer, dire que UCREF manipulé la date financière qu'il avait reçu faire les 5 millions HTG ($ 80,000 USD par 63 échange de taux) à 1 millions de dollars américains, dans le but de nuire Jovenel Moïse: 5 d'aujourd'hui. "Ils dérangés [l'ancien président] Martelly avec une affaire de passeport et maintenant il est une question de blanchiment d'argent pour Jovenel," at-il dit.

"Jovenel Moïse et ses entreprises ont rien à voir avec ces histoires de blanchiment d'argent», a déclaré Jovenel Moïse, en Octobre, assimilant le rapport UCREF comme un fichier purement à motivation politique sur laquelle il ne veut pas s'aventurer trop loin dans. Il a été contraint de répondre à des questions en ce qui concerne la question après avoir comparu bras dessus bras dessous avec sénatoriale candidat, Guy Philippe, qui était recherché pour trafic de drogue et le blanchiment d'argent par la Drug Enforcement Agency des États-Unis (DEA).

«Je n'a pas été contacté. Personne dans mon entourage a été contacté soit ", a déclaré le président élu dans une interview exclusive accordée à correspondant à l'étranger de Radio France Internationale en Haïti, Amélie Baron. Dans cette interview Octobre 2016, il a ajouté qu'il était prêt à suivre sur le rapport UCREF.

Depuis l'entrevue, Guy Philippe, qui avait gagné son élection pour le sénateur de l'Grand'Anse, a depuis été arrêté et extradé de façon spectaculaire sur Janvier 5, 2017. Ce fut un week-end avant que le rapport UCREF avait refait surface en cour criminelle.

Devenir patron et obtenir Haïti Sentinel et défendre la marchandise Haïti.

A propos de l'auteur

Samuel Maxime est un citoyen d'origine haïtienne vivant aux États-Unis. Il a fondé La Haïti Sentinel pour amener les questions haïtiennes à un public de langue anglaise.

GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!