LOGO
INFO
Monday, Octobre 23, 2017
GOOGLE AD
Informations alternatives
Details

Les Etats-Unis veulent fusionner Haïti et le DR, affirme le politicien dominicain

Samuel Maxime

Éditeur en chef

SANTIAGO, République dominicaine (sentinel.ht) - Un leader politique dominicain espère renouveler le ressentiment xénophobe contre les Haïtiens en République dominicaine, affirmant au cours du week-end que les États-Unis auraient un «plan bien défini» pour fusionner les deux pays.

Dans la ville la plus aisée de Santiago, le chef du parti progressiste national du travail (NPF), Pelegrín Castillo, a parlé à un petit groupe de «invasion tranquille des Haïtiens». Peut-être pour un gain politique, il a fortement critiqué le gouvernement dominicain pour sa "tolérance" à l'égard des pratiques migratoires à la frontière haïtienne-dominicaine et ensuite aux États-Unis dans le mélange.

M. Castillo, un ancien candidat, défait, pour la présidence dominicaine, a déclaré que "les États-Unis ont un plan bien défini pour fusionner la République dominicaine avec Haïti". Les nouvelles ont répondu à travers les médias dominicains et Diaro Libre.

On estime que près d'un quart de million d'Haïtiens ont été expulsés de la République dominicaine depuis 2015, beaucoup dans des circonstances irrégulières qui défient les conventions internationales en matière de droits de l'homme. De plus, les actions de la République dominicaine ont reçu une passivité frappante des États-Unis, sous le gouvernement de Barack Obama. De plus, le président américain Donald Trump a fait campagne sur un contrôle strict des frontières et même, à un moment donné, semblait soutenir l'élimination de la citoyenneté fondée sur les naissances aux États-Unis.

Néanmoins, cela n'a pas empêché le chef du Parti travailliste national progressif (FNP), M. Castillo, d'exprimer ses convictions solides. "Ce que nous avons dénoncé depuis de nombreuses années et les événements qui se déroulent maintenant nous donne la raison et nous voulons avertir qu'il y a beaucoup de fonctionnaires qui s'engagent dans le plan américain", a déclaré M. Castillo à Santiago.

Les positions sévères de Pelegrín Castillo, ancien membre du Congrès, sont l'expression de son idéologie nationaliste et anti-haïtienne. Il a déclaré que le Plan national de régularisation n'a pas été exécuté de manière organisée et sérieuse parce que, selon lui, des milliers de citoyens haïtiens contournent les mesures mises en place et circulent actuellement dans le pays de manière illégale et irrégulière. Il regrette que le gouvernement dominicain ne contrôle pas la situation migratoire à la frontière avec Haïti. Il accuse les soldats de l'armée dominicaine de corruption d'avoir laissé passer des centaines d'Haïtiens illégaux à la frontière.

"Mais non seulement le trafic d'êtres humains à la frontière, mais aussi les armes, les drogues, les biens et les véhicules, et d'autres choses", a déclaré M. Castillo.

Dans le journal Haïti Libre, Jean Tholbert Alexis, le ministre conseiller en charge du consulat d'Haïti dans la province d'Altagracia, nie M. Castillo. L'ancien président de la Chambre des députés "a assuré qu'il n'y avait aucun plan ou intention, actuel ou futur, visant à une fusion entre les deux nations, contrairement aux rumeurs diffusées dans le cadre d'une campagne de propagande Hate sur les réseaux sociaux. "

Devenir patron et obtenir Haïti Sentinel et défendre la marchandise Haïti.

la source du message: boucle Haïti,

A propos de l'auteur

Samuel Maxime est un citoyen d'origine haïtienne vivant aux États-Unis. Il a fondé La Haïti Sentinel pour amener les questions haïtiennes à un public de langue anglaise.

GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!