LOGO
INFO
Monday, Octobre 23, 2017
GOOGLE AD
Informations alternatives
Details

Le "jour de l'avertissement" des syndicats du transport "Strike Successful

Rédacteur

Haïti Sentinel

PORT-AU-PRINCE, Haïti (sentinel.ht) - Pour exprimer leur mécontentement avec la loi de finances de 2017-18, les syndicats de transport ont annoncé une grève «un jour d'avertissement» pour lundi, septembre 18, 2017 et par toutes les mesures, le mouvement a été un succès. La grève a été respectée dans toute la région métropolitaine et dans de nombreux départements, mais pour une minorité de villes provinciales, telles que Gonaives et Cap-Haitian.

Les syndicats ont donné au président une semaine pour renverser sa décision de publier le budget dans le journal officiel Le Moniteur, ou ils allaient conclure un arrêt de travail indéfini.

Alors que dans les villes provinciales, la journée de grève n'était pas entièrement respectée, ce n'était pas le même pour Port-au-Prince, où toutes les activités étaient à l'arrêt. Les banques, les entreprises, les écoles ont été forcées de fermer car tous les mouvements étaient paralysés. Cela a été observé par les journalistes de Loop Haïti.

Plusieurs syndicats de transports disent qu'ils sont «100% satisfaits» de leur mouvement et félicité la population pour sa solidarité avec le mouvement, tout en restant à la maison. Le sénateur Antonio Chéramy (Ouest / Verite) a applaudi les événements du lundi, en parlant en direct sur Radio Kiskeya, le courage du peuple haïtien qui a compris le sens des revendications.

Appel à la raison

Cette grève «d'avertissement» est lancée pour forcer le président Jovenel Moïse, actuellement à New York à participer à l'Assemblée générale 72nd des Nations Unies, à renverser sa décision de publier comme budget le journal officiel Le Moniteur, s'il veut empêcher le pays de tomber dans le chaos.

Changeux Mehu appelle le président à «raisonner». Le président de l'Association des propriétaires et propriétaires haïtiens (ACPH) a déclaré qu'une «loi budgétaire doit être en harmonie avec la volonté du peuple». Félicitant le Directeur général de la police pour les efforts déployés hier pour assurer la sécurité des gens, Changeux Méhu, contacté mardi par téléphone, affirme que le mouvement des grévistes ne vise pas à «gêner le gouvernement mais à défendre les intérêts de les plus pauvres. Il y a une lutte pour que l'équilibre budgétaire soit beaucoup plus axé sur le parlement et le président. "

Au cours de son mandat de cinq ans, le président veut «rationaliser les dépenses publiques, lutter contre la corruption». Mais pourquoi ne pas punir les corrupteurs? "Demanda M. Mehu. "Pourquoi ne pas essayer d'identifier ceux qui ont mangé l'argent Petro-Caribe? Pourquoi voulez-vous que les personnes les plus pauvres paient la dette? ". Le syndicaliste dénonce toute tentative d'assimiler son mouvement à la «manipulation» des acteurs économiques du secteur privé. "Le problème auquel nous traitons et ce que nous déplorons dans le texte, à savoir l'augmentation abrupte des taxes considérées comme exorbitantes, est très réel. La loi est là: nous ne sommes pas ignorants ", at-il dit.

"Le président a jusqu'à une semaine pour écouter le cri de la population et pour calmer tous les bruits autour de la question budgétaire en tenant compte des demandes exprimées par divers secteurs. Sinon, des jours de grève illimités seront annoncés jusqu'à ce que le président décide autrement. "

Dans un nouveau programme appelé "Pawòl Chanjman", inauguré sur la chaîne publique, le président Jovenel Moise, avant son départ pour l'ONU, a annoncé son intention de publier le budget dans le journal officiel Le moniteur, tel que voté par les deux Chambres du Parlement .

Devenir patron et obtenir Haïti Sentinel et défendre la marchandise Haïti.

la source du message: boucle Haïti

A propos de l'auteur

GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!