Friday, Décembre 15, 2017
GOOGLE AD
Devenez un supporter.
Impliquez-vous, maintenant.

Sans transparence, Jovenel Moise donne $ 123 millions dans les contrats

Rédacteur

Haïti Sentinel

PORT-AU-PRINCE, Haïti (sentinel.ht) - Les administrations Jovenel Moise - Jack Guy Lafontant ont signé $ 123 millions dans des contrats à trois entreprises en dehors de la procédure dans des circonstances suspectes. Le problème était qu'il n'y avait pas d'appel d'offres dans le processus d'attribution des contrats.

Les sociétés privées, Auto Plaza SA, HAYTRAC (Haytian Tractor & Equipment Co. SA) et Automeca (Auto and Mécanique SA) ont reçu ces contrats pour acheter des véhicules de construction 500, même si les fabricants de ces machines ne sont pas non plus.

L'entité gouvernementale qui gère du matériel lourd, le National Equipment Center (CNE), semble n'avoir été consultée ou impliquée du tout.

Selon le ministre de l'Économie et des Finances, «il est [les ministères des Travaux publics, de l'Agriculture et de la Défense] qui utiliseront ce matériel d'abord, mais certains seront utilisés au niveau de l'armée parce que les militaires seront à l'avant-garde des urgences climatiques. N'oublions pas que certains d'entre eux sont des professionnels de l'ingénierie militaire qui aideront à ouvrir les zones touchées par les catastrophes naturelles ".

Selon le sénateur Rony Celestin du Plateau central, il n'y avait pas d'appel d'offres. Et interrogé sur cet aspect au Nouvelliste, le ministre Salomon a simplement indiqué qu'il n'était «pas contre l'acquisition d'équipement mais qu'il fallait le faire dans les normes».

Toutefois, il affirme que «les contrats ont été approuvés à la fois par le Conseil national des achats (CNMP) et par la Cour supérieure des comptes et le tribunal administratif (CSC / CA)».

La grande question sans réponse reste la procédure utilisée par l'administration pour signer ces contrats. Le processus d'appel d'offres (national / international) permet, entre autres, l'égalité des chances entre les fournisseurs du marché, la concurrence qui diversifie les offres et la possibilité de choisir l'offre la plus avantageuse pour l'Etat. Si elle n'avait pas été empruntée, ces contrats ont probablement été signés pendant l'état d'urgence. Un processus loué pour sa célérité mais vilipendé pour son opacité.

Devenir patron et obtenir Haïti Sentinel et défendre la marchandise Haïti.

la source du message: boucle Haïti

A propos de l'auteur

GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!